Réminiscences de vies antérieures

separateur1

.

Les réminiscences de vies antérieures, qu’est-ce que c’est ?

.

Fusion de deux images prises au même endroit mais à deux époques différentes
Fusion de deux images prises au même endroit mais à deux époques différentes

.

De nombreuses personnes ont souvent l’intuition ou le sentiment d’avoir déjà vécu une scène ou avoir vécu dans la peau d’une autre personne.

Les réminiscences de vies antérieures sont généralement le souvenir d’événements survenus dans une existence passée. Ils peuvent parfois expliquer certaines appréhensions, phobies ou comportements peu naturels dans certaines situations ou envers certaines personnes.

Elles peuvent se manifester de plusieurs façons :

  • La connaissance et l’affirmation d’une autre identité, provoquant souvent le désir de retrouver son « ancienne famille »
  • La reconnaissance sans hésitation de lieux, de personnes sans jamais les avoir vues auparavant
  • Des connaissances particulières, talents et facilités dans certains domaines comme des langues, la musique ou des connaissances historiques
  • Des comportements, habitudes en tout point similaires avec une autre culture ou une personne qui serait décédée

 

Plusieurs circonstances peuvent déclencher ces réminiscences.

 

L’hypnothérapie

 

Une technique utilisée en hypnothérapie permet une réminiscence dans une ou plusieurs vies antérieures : l’hypnose régressive. Le but n’est pas ici la curiosité, mais permettrait de soigner certaines pathologies.

.

Représentation de Kaa, serpent hypnotiseur du célèbre dessin animé "Le livre de la Jungle"
Représentation de Kaa, serpent hypnotiseur du célèbre dessin animé « Le livre de la Jungle »

.

Le Dr Michael Newton, Docteur Américain en psychologie et psychothérapie, fondateur du Newton Institute et auteur de plusieurs livres intéressants à ce sujet a été l’un des pionniers de la recherche sur l’hypnose régressive.

La vidéo suivante relate plusieurs cas dont le premier est assez troublant, il s’agit d’un petit garçon effrayé par les feux d’artifice. L’hypnothérapie régressive réalisée par un psychothérapeute a permis d’expliquer l’origine de cette phobie par le souvenir inconscient d’une vie antérieure.

.

.

Outre la régression dans les vies antérieures de ses patients pour déterminer la cause de certaines phobies, le Dr Newton s’est également intéressé à tout ce qu’il se passe entre deux incarnations. En effet, nous entendons souvent parler de vies antérieures, mais pas de la période qui s’écoule entre les deux. Elle est pourtant importante car peu de récits relatent ce qui s’y passe, les personnes que l’on rencontre, les différents lieux, sa durée peut être très variable, allant de quelques mois à quelques milliers d’années, voire plus…

Les nombreuses études de cas effectuées par le Dr Newton relatent des faits similaires et cohérents et permettent de donner une ligne directrice générale des différentes étapes vécues entre deux vies, même si chaque expérience reste unique pour chaque individu.

Malgré cela, toutes ces affirmations restent difficilement contrôlables et soulèvent plusieurs questions. S’agit-il de faux souvenirs ? Est-ce une projection de nos désirs inconscients ? De notre imaginaire pur ? Même si les patients sous hypnose apportent des éléments souvent identiques, le doute subsiste toujours.

 

La réminiscence naturelle dans l’enfance

.

souvenir_enfant

.

Il semblerait que la réminiscence de vies antérieures se produise plus facilement durant l’enfance. Une majorité de cas ayant été rapportés concerne des enfants de 3 à 7 ans environ. Cela paraît en fait logique car c’est durant la première période de la vie que l’on est le plus en mesure de se souvenir du passé. De plus, en dessous de 3 ans, les enfant ont certaines difficultés à s’exprimer car ils sont en pleine apprentissage du langage verbal. Après l’age de 7 ans, les souvenirs semblent s’estomper pour laisser place aux souvenirs de la vie présente. Ces souvenirs peuvent être de simples « flashback », mais pas toujours. Dans la grande majorité des cas (75% environ), les sujets se remémorent le moment de la mort, surtout si elle a été violente ou accidentelle. Ils se rappellent également des derniers moments de leur existence (la dernière année en général), les lieux, leur nom et le nom des personnes de leur entourage.

Le professeur Ian Stevenson, Psychiatre canadien dans les années 60-70 à 90 a étudié ce phénomène et a pu recenser près de 1 700 cas dans le monde.

Voici quelques cas recensés :

  • Ma Tin Aung Myo : Il s’agit d’une petite fille Birmane qui avait une phobie des avions mais semblait attirée par les armes et avait une comportement plutôt masculin. L’étude du Professeur Stevenson montra qu’elle avait été dans sa précédente vie un soldat de l’armée japonaise et qu’elle (il) avait été tué(e) lors d’un bombardement.
  • Swarnlata Mishra : Il s’agit d’une petite fille Indienne qui chantait dans une langue qui lui était inconnue. Il s’avéra par la suite que cette langue était le « bingihi », un dialecte courant en Inde, mais qui n’était pas parlé dans sa région et que personne ne pouvait lui avoir appris. Il s’agit d’un cas peu courant de Xénoglossie, la connaissance d’une langue non apprise.
  • Meenu : Une enfant de 3 ans qui a donné des détails troublants et très précis sur les circonstances de sa mort quelques années auparavant. Elle serait la réincarnation d’une jeune Indienne nommée Sudha, dont le corps a été retrouvé le 26 octobre 1978 , étranglée par son mari et jetée d’un train le long du Gange.

 

Un documentaire a d’ailleurs été effectué sur ce dernier cas:

.

.
.
Certains chercheurs avancent l’explication d’une intégration génétique sur le long terme. Toutes ces réminiscences seraient le résultat d’un processus d’acquisition biologique, sociétal, ancestral qui s’ancrerait peu à peu dans notre cerveau, un peu comme si les processus acquis (donc non innés à la base) pouvaient devenir innés au fil des générations.
Par exemple, c’est comme si une mère pouvait transmettre son apprentissage (ou au moins une partie) d’un instrument de musique à son enfant et que cet enfant continuait de développer son apprentissage et à en transmettre une partie à son propre enfant de façon génétique. En répétant cela sur de nombreuses générations, la pratique de cet instrument pourrait devenir totalement inné dans la famille.
Même si cette hypothèse n’explique pas tout, elle reste néanmoins à méditer.
Même si les enfants ont en général une imagination débordante, ils n’ont pas de réel mobile justifiant l’intérêt d’une telle tromperie. De plus les détails sont nombreux et les mises en scènes sont concordantes.
Voici pour terminer un documentaire recensant quelques autres cas de réminiscence de vies antérieures avec de nombreux détails troublants:
.
 
 .
 .
separateur1

Une réflexion au sujet de « Réminiscences de vies antérieures »

  1. Pour ce qui est de l’entre deux vies je vous conseille le livre « les 9 marches » d’Anne Givaudan et Daniel Meurois qui relatent les explications données par une âme se préparant à se réincarner durant les 9 mois de la grossesse de sa future mère. Je l’ai trouvé vraiment instructif et réaliste en fait!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *