Théories sur l’après vie

separateur1

 

Depuis que le monde est monde, l’être humain n’a cessé d’être hanté par cette question existentielle qu’est la survivance de notre être dans l’après vie, c’est à dire au delà de notre existence corporelle. Qu’advient-il de notre conscience après la mort ? Est-elle à jamais détruite ?

 

homme avec un point d'interrogation au dessus de la tête. Interrogation sur l’après vie

 .

L’après vie : Les deux hypothèses possibles

.

Nous sommes tous amenés un jour à devoir réconforter un frère, un collègue, un parent, un ami qui a perdu un être cher ou un enfant qui a perdu un animal auquel il étais très attaché. Bien souvent, il est difficile de trouver les mots pour tenter d’apaiser leur douleur. L’évocation des deux hypothèses possibles (car il n’y en a pas d’autres) peut permettre d’obtenir une certaine consolation. En effet, l’absence de l’être aimé n’est vécue difficilement que par ceux qui continuent à vivre, c’est à dire nous.

.

Voici donc les deux uniques cas possibles lorsque l’être cher disparaît :

.

Il n’y a rien

La conscience est détruite au moment où le cerveau cesse de fonctionner. Le disparu n’a donc pas conscience de sa propre mort. Il ne peut être triste, même si sa vie était emplie de joie.

Si ses derniers instants de vie ont été vécus péniblement, comme à la suite d’une longue agonie sur un lit d’hôpital par exemple, cela représente même un certain soulagement pour lui car il ne ressent dès lors plus la souffrance physique ou psychique. Cela n’est donc pas si négatif que cela, bien au contraire.

.

Il y a quelque-chose

Même si la première hypothèse n’a rien de négatif (mais reste peu positive tout de même), l’hypothèse de la persistance de l’âme et de la conscience est préférable et elle expliquerait bien des choses. En effet, cela signifie que la séparation n’est que provisoire. La mise en évidence de la preuve par la science de la continuité de l’existence de l’être constituerait à elle seule un fait suffisant à apaiser la souffrance d’une grande partie de l’humanité.

D’ailleurs la recherche scientifique tend à montrer que cette question pourrait être résolue par les découvertes faites en physique quantique. En effet, l’univers quantique représente toujours aujourd’hui un grand mystère (nous ne sommes qu’à l’aube des découvertes en la matière), même si le peu de découvertes sur le sujet ont déjà révolutionné le monde. A elles seules, ces quelques découvertes ont changé notre quotidien car les applications sont multiples, de l’imagerie médicale, l’énergie nucléaire en passant par les technologies utilisant le laser (pointeurs laser, blu-ray, découpe de matériaux…) et bientôt l’informatique avec l’apparition d’ordinateurs sur-puissants (et l’utilisation de qubits) et des débits Internet quasi illimités (grâce à l’intrication quantique).

La physique quantique est aussi fortement liée à la biologie. Grâce à elle, l’humanité pourrait enfin découvrir son origine et percer le mystère de la vie, et donc ce qui se passe après.

De plus, de nombreux faits observés dans la pratique du spiritisme, les Expériences de Mort Imminente, ou la réminiscence de vies antérieures souvent vécues par des enfants peuvent être considérés comme irréfutables. La balance penche donc fortement en faveur de l’hypothèse de la survivance de l’âme après notre mort, et cela soulève par conséquent de nombreuses autres questions.

.

42

.

Mais alors, que se passe-t-il après ?

Depuis mon enfance, je n’ai cessé de me poser cette question. De nature très « terre à terre », athée et passionné de sciences, cette question me fait en réalité ressentir une certaine frustration. Dans une logique plutôt pessimiste, tout porte à croire que le néant succède à la vie.

De nombreuses doctrines religieuses accentuent ce ressenti. Ayant l’esprit relativement logique et cartésien, les incohérences et contradictions de certaines religions viennent de ce fait conforter l’idée que leur doctrine n’est que fantaisie. Si l’on prend l’exemple du catholicisme (nous ne prendrons que cet exemple car parler des autres serait trop long), lorsqu’une personne décède, soit elle part rejoindre « Dieu » pour l’éternité si elle a bien agit de son vivant, soit elle est envoyée au purgatoire, soit en enfer si elle s’est mal comportée. Ce fait seul est pour moi contraire à la « bonté de Dieu » car profondément injuste. Voici quelques questions qui m’amènent à déduire cela :

.

  • L’enfer pour l’éternité est-il juste ?
  • L’homme mauvais de nature ne peut-il évoluer en se rendant compte de ses erreurs et avoir une seconde chance ?
  • Un enfant mort à la naissance (qui n’a donc jamais pu exercer le mal, ni le bien) mérite t-il plus le paradis qu’une personne ayant passé une vie de souffrance en mission humanitaire ?
  • Pourquoi un homme mauvais de nature, mais s’étant juste confessé à la fin de sa vie serait plus proche de « Dieu » (et pour l’éternité) qu’un homme bon qui ne se serait jamais confessé ?
  • Pourquoi nous n’aurions pas la possibilité de revenir sur terre (ou ailleurs) ? Nous sommes déjà venus une fois, pourquoi pas une deuxième fois ?
  • Les animaux ont-ils un paradis à eux (donc séparés des humains avec qui des relations d’affection profondes se sont établies) ?
  • Si Dieu est bon, pourquoi certaines personnes naissent et vivent malades alors que d’autres baignent dans la richesse et la facilité ?

.

Vous l’aurez compris, toutes ces incohérences sont un frein à l’adhésion aux religions (même si la majorité prêche le bien), et ce frein est conforté par la difficulté de remettre en cause tous ces principes. En effet, de nombreux religieux aux principes rigides sont peu enclins à discuter et remettre en cause les écrits saints.

Peut-être est-ce un enchaînement d’erreurs d’interprétation qui ont conduit les religions à tant de contradictions. En effet, force est de constater que la grande majorité des religions sont basées sur la même idéologie, les mêmes concepts, la même volonté de faire le bien, ce sont simplement les différents peuples qui ont pu mal interpréter ce qui leur ont été enseigné par les différents prophètes qui ont vécu sur terre.

Le langage verbal est en fait tellement peu riche que certains concepts ne peuvent être traduits avec des mots.

.

all religions are the same
Représentation des principales religions dont la doctrine a divergé, mais ayant au final la même origine

.

La doctrine spirite propose de rassembler de nombreux principes des différentes religions en y démystifiant les concepts « extraordinaires » comme la création de l’univers, la terre et l’homme en seulement quelques jours. Elle y apporte des réponses naturelles, scientifiques (mais aussi parfois même avant-gardistes des connaissances scientifiques de l’époque).

Elle apporte de nombreuses réponses tout à fait naturelles, philosophiquement, scientifiquement et moralement crédibles à de nombreuses questions existentielles, ce qui a provoqué dans mon cas une vive adhésion. Vous trouverez sans aucun doute la réponse aux vôtres dans « le livre des esprits« .

Le concept principal de la doctrine spirite consiste en la réincarnation, c’est à dire le concept de séparation de l’âme avec le corps physique à sa mort, puis sa transmigration dans un autre corps humain afin de lui permettre d’évoluer, d’accomplir diverses tâches, de se repentir pour évoluer et se rapprocher de la perfection. Il est à noter que le principe de réincarnation se rapproche fortement de celui de la métempsycose, à la différence près que cette dernière considère la possibilité de transfert de l’humain vers un autre règne (animal par exemple). La doctrine spirite exclue l’hypothèse de la métempsycose, ce qui est à mes yeux dommage et injuste. Je développe ce point un peu plus précisément dans la partie concernant « la condition animale ».

La théorie de la réincarnation soulève par conséquent de nombreuses autres questions, car chaque question résolue en soulève généralement une infinité d’autres :-).

Les différentes sous parties de ce site tentent d’apporter une réponse à quelques unes de ces questions :

.

 

 

 

separateur1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *