Le ouija

separateur1

Le Ouija ? Qu’est-ce que c’est ?

Le ouija ou oui-ja est une planche permettant de communiquer avec des entités.

Composée des deux mots « oui » et « ja » signifiant « oui » respectivement en français et en allemand, son nom est en rapport à la réponse que l’on attend généralement à la question première question que l’on pose : « Y a-t-il une entité présente? ».

Son origine est souvent discutée car cette planche a endossé au fil de l’histoire plusieurs apparences, allant du psychographe à la très aboutie planche de ziriya, mais il semblerait qu’elle soit apparue dans sa forme actuelle entre les années 1880 et 1910.

 

ziriya_board
Planche de Ziriya

 

Le Ouija est donc une simple planche de préférence glissante afin que « la goutte » ou « le pointeur » puisse s’y déplacer aisément. Les lettres de l’alphabet y sont disposées (selon la conception, elles peuvent y être disposées soit de façon linéaire, soit en formant un arc de cercle), ainsi que les chiffres partant de 0 à 9. Elle doit également contenir les mots « Oui », « Non » et « Au revoir » afin de faciliter la communication. En effet, des réponses à des questions dichotomiques s’obtiennent plus aisément, cela représente donc d’une part un gain de temps mais aussi d’énergie car le déplacement sur la planche est consommateur d’énergie. Il en est de même pour le mot « Fin » ou « Au revoir » pour signifier plus facilement le souhait de clôturer la communication.

D’autres symboles peuvent également apparaître comme la lune ou le soleil, cependant, leur signification est souvent floue et leur usage peut être à l’appréciation des pratiquants. Il suffira donc simplement d’établir une convention, puis de s’y tenir.

 

Planche de ouija standard en bois
Planche de ouija standard en bois

 

L’autre élément important du ouija est la « goutte », autrement appelé « pointeur ». Il s’agit d’une petite pièce en bois dont la forme peut varier, mais on retrouve généralement des formes arrondies (disques), ainsi qu’un trou en son centre permettant de désigner les caractères et une partie pointue permettant de pointer ces mêmes caractères. Là encore, tout est question de convention, le choix est laissé libre quant à la méthode pour désigner les chiffres/lettres/symboles.

 

Exemple de goutte ou pointeur en bois
Exemple de goutte ou pointeur en bois

 

Il existe de nombreux modèles de planches de Ouija vendues dans des boutiques ésotériques ou sur de grands sites marchands, cependant, il peut être réalisé soi même assez aisément. Certaines personnalisations/amélioration peuvent y être effectuées comme l’ajout de patins sur la goutte afin d’en améliorer la glisse sur la planche (feutrines, patins de souris d’ordinateur…).

 

L’image du Ouija à travers le monde

Le ouija souffre à tort d’une mauvaise image.

Nombre de vidéos le montrant comme diabolique sont disponibles sur youtube ou dans certains films. Il est courant de trouver des vidéos sur internet ou les réseaux sociaux de séances qui tournent mal. La pratique du ouija est bien souvent réduite à une activité pour « se faire peur » ou « s’amuser », pratiquée par des adolescents immatures en mal de sensations comme dans le film « Les beaux gosses« .

Assimilé à un jeu par certaines sociétés qui le vendent, le ouija a connu un succès florissant en 2015 en raison de la sortie du film OUIJA la même année. Il apparaît également dans des films d’épouvante tels que « l’Exorciste », « Apparences » ou « Paranormal Activity », films peu rassurants et vecteurs d’un message erroné puisqu’ils associent le ouija à la communication avec le démon, la possession ou la hantise (liste non exhaustive des références au ouija dans la littérature, cinéma ou internet disponible sur wikipedia).

Il est également courant de rencontrer sur différents forums ou sites web des informations totalement farfelues, évoquant des cas de possession par des entités, des mythes ou rituels à respecter. Par exemple le fait de casser le verre à la fin de la séance ne chassera en rien l’entité. Pour quelle raison le ferait-elle ?

Il existe aussi certains rituels consistant par exemple à disposer du sel aux 4 coins de la pièce, faire brûler de l’encens ou des bougies « protectrices ». Malgré le fait d’être rassurants et de procurer un sentiment de protection aux participants, ces rituels sont en réalité techniquement inutiles. Quiconque s’étant renseigné à minima sur la doctrine spirite sait que les entités ne s’attardent pas sur les aspects matériels. Ce qui compte donc n’est pas la forme, mais le fond.

Idem pour le comportement de la goutte. Selon certains sites, et même wikipedia, le mouvement de la goutte aux 4 coins de la planche, un mouvement en forme de 8 ou sa sortie de la table serait un mauvais présage. « La sortie de table » serait une « tentative d’évasion de l’esprit ». Mais une évasion de quoi? pourquoi ? Pour quoi faire ? Et pour aller où ? Tout cela n’a pas de sens.

Enfin, certains attribuent le fonctionnement du ouija à l’effet idéomoteur, explication scientifique fondée mais ne pouvant expliquer tous les phénomènes.

 

 

Déroulement d’une séance de ouija

Une séance de ouija ne se déroule pas « à l’improviste ». Certaines étapes sont nécessaires :

 

Avant le début de la séance

  • Choisir les participants et les rôles de chacun. Bien que fonctionnant également lorsque l’on est seul, le ouija fonctionne mieux en groupe. Il n’y a pas de limite dans le nombre de participants, si ce n’est le nombre de chaises disponibles autour de la table et la place pour tous de pouvoir toucher la goutte. Veillez à choisir des personnes de confiance afin qu’il règne une certaine harmonie dans le groupe car cela aura une influence sur le déroulement de la séance. Deux rôles devront être attribués :
    • le « retranscripteur » : il est chargé de noter sur un papier le déroulement des questions/réponses afin d’analyser la séance par la suite.
    • le « meneur de séance » : c’est lui qui est chargé de mener à bien la séance, c’est à dire la démarrer par quelques phrases introductives, ensuite poser les questions puis décider de la conclusion de la séance.
  • Préparer une série de questions. Il faut également en discuter avec le reste des participants afin de les affiner. En effet, une question d’un participant peut être mal exprimée ou comprise autrement par une ou plusieurs autres personnes. Les questions doivent être simples, concises, sans aucune ambiguïté. Elles doivent avoir un but sérieux, non matériel et honorable. Inutile donc de demander les prochains numéros du loto ou s’il est possible pour l’entité de réaliser de mauvaises actions sur un collègue de travail que vous n’appréciez guère. Une fois cela fait, il faut définir l’ordre et l’enchaînement des questions.
  • Préparer les lieux. Même si le ouija peut tout de même fonctionner sans cela, préférer une pièce au calme avec peu ou pas de bruit (un peu de musique de méditation ou relaxation peut être mise). La pièce doit être plutôt sombre afin de faciliter la concentration. Des bougies allumées peuvent être disposées sur la table afin de permettre de savoir à quel endroit se déplace la goutte ou que le retranscripteur puisse voir ce qu’il écrit. L’assise doit également être confortable. Veillez donc à éviter des tables basses ou installer la planche à même le sol car la mauvaise posture nuit grandement à la concentration.
  • Se concentrer. Il existe différentes façon de procéder. Par exemple, faire le vide dans son esprit (cela demande d’ailleurs un peu entrainement pour y arriver), penser à vos très chers disparus, pratiquer l’auto-hypnose. La méthode de la méditation en musique donne également  de très bons résultats. De nombreuses playlists peuvent être trouvées par exemple sur Spotify ou Deezer.

 

Durant la séance

  • Lecture de l’introduction par le meneur de séance. Il s’en suit quelques questions aux entités pour savoir si la séance se déroule dans de bonnes conditions.
  • Poser la main sur la goutte. Une seule main ou un seul doigt suffisent. Lors du déplacement de la goutte, ne pas exercer de pression ni la retenir. Il faut simplement laisser faire et éventuellement l’accompagner.
  • Attendre la manifestation de l’entité (ou des entités). Cela peut prendre du temps, la patience est donc de mise.
  • Poser les questions sélectionnées par les participants avant le début de la séance. Des adaptations ou questions complémentaires peuvent être effectuées selon la réponse donnée. Il se peut que la réponse se fasse attendre. Dans ce cas, ne pas hésiter à répéter la question, l’entité attend peut-être que la question soit un peu plus précise ou alors, elle ne connait peut-être tout simplement pas la réponse (l’ignorance existe aussi dans l’au-delà :-)). Il se peut également qu’elle ne veuille pas répondre ou que donner la réponse lui soit interdite par d’autres entités car la réponse aurait une incidence conséquente sur le futur d’un ou plusieurs participants. L’entité peut également avoir quitté les lieux. Les explications à l’absence de réponse sont nombreuses.
  • Garder le contrôle de la séance. Il est important de rester calme et poli. Il peut arriver que l’entité contactée donne des réponses vulgaires, injurieuses ou totalement incohérentes (comme une suite le lettres sans signification). Dans ce cas, il peut s’agir d’une entité qui cherche à s’amuser et ne prend pas au sérieux la communication. Il faut alors lui indiquer que vous ne souhaitez pas ce genre de communication, qu’elle perd son temps et vous aussi, puis invitez la à partir.
  • Remercier les entités en fin de séance. Le meneur de séance remercie les entités de la communication par une petite phrase de conclusion.
  • Faire le point. Une discussion est nécessaire entre les participants à la fin de la séance afin de prendre du recul et analyser les réponses données par les entités. En effet, ce n’est pas parce que les réponses sont données par des entités qu’il faut les « prendre pour argent comptant ». Des réponses peuvent en effet être contradictoires ou à la véracité douteuse.

 

separateur1

 

6 réflexions au sujet de « Le ouija »

  1. Bjr après le décès de mon conjoint j’ai acheté une planche oui ja j’ai déjà essayer seule mets il ces jamais rien passer es que ces parce que je le fait seul merci

    1. Bonjour,
      Je pense que vous devriez essayer à plusieurs, et si possible avec quelqu’un qui en fait déjà, au mieux, un medium. Il faut savoir que cela ne fonctionne pas à tous les coups.

  2. bonsoir je vous ecrit sur ce sujet car il faut le savoir que pratiquer le ouija peut etre dangereux si vous ne le savez pas quand vous appeler une entite vous ouvrer des portes qui font venir des esprits nefastes si je vous le dit car j ai pratique ça pendant plus de 10 ans et je peut vous dire que je n ai eu que des problemes ( problemes de sante appareilles electrique qui tombaient en pannes ect) est d autres phenomenes que je ne parlerai pas il faut savoir que si on veut parler a une entite qui est un membre de votre famille ou connue il se manifestera de lui meme pour revenir a mes experiences et mettre fin a tous mes problemes j ai du faire appelle a des personnes que l on surnome anges de lumiere eux seules sont capables de refermer les portes que vous avez ouvertes car beaucoup de personnes vous diront qu il n y a pas de danger cela est faux c est comme les mediums beaucoup de charlatans alors faites ce que vous voulez mais je vous aurez prevenus

    1. Bonjour, merci pour votre commentaire et votre mise en garde.
      Par contre, j’avoue ne pas trop comprendre la raison qui vous a poussé a pratiquer durant tant d’années si vous n’avez eu que des problèmes avec le ouija.
      Mis à part cela, je ne suis pas du même avis que vous concernant ces « portes ». Selon moi et ce n’est que mon humble avis, notre monde et le monde des esprits ne font qu’un. C’est juste que nous ne voyons pas les entités car elles sont sur des vibrations différentes. Mais elles sont partout. Je reste persuadé que l’avancée de la recherche sur la physique quantique nous apportera la réponse à toutes ces questions existentielles…

      1. AAAAAAH, enfin quelqu’un qui partage cet avis ! Je considère moi aussi que les esprits et les vivants sont bel et bien dans le même monde, mais tout simplement, que tout est question d’alignement (au niveau des vibrations, des ondes…) !

        Il y a de bien nombreuses choses qui nous dépassent, qui sortent totalement de notre perception, l’Humain voit bien trop souvent qu’avec ses yeux et ses principes, alors que le monde est bien plus complexe, et diversifié que cela.

        Les esprits, les énergies, appelez ça comme vous voulez, sont je pense bel et bien autour de nous, mais tout simplement sur une longueur d’onde différentes. Certaines personnes ont cependant la capacité de recevoir ces vibrations, tel que les médiums.

        On en vient donc à ces maîtres mots :

        Réceptivité, connexion, alignement, vibrations, paliers.

        Pour moi, les paliers sont les dimensions (Par rapport à notre perception), les esprits sont dans une dimension non physique (du moins pas dans le physique que nous connaissons). Je pense aussi qu’un corps physique est un canalisateur ! Nous sommes des amas d’énergies vibrant sur une certaine longueur d’onde, voire plusieurs différentes.

        Ce ne sont que des suppositions, mais c’est ce que je pense au fond de moi, depuis très longtemps maintenant !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *