La pratique du spiritisme

separateur1

Qu’est-ce que la pratique du spiritisme ?

Avant de comprendre ce qu’est la pratique du spiritisme, il est nécessaire de comprendre ce qu’est le spiritisme lui même.

C’est le Français Allan Kardec qui est le fondateur du spiritisme et qui lui a donné ce nom en 1857 (spiritisme venant de « spirit » traduction Anglaise de « Esprit »).

 

Portrait d'Allan Kardec
Portrait d’Allan Kardec

 

Il est le « codificateur » du spiritisme car il a, durant des années, communiqué avec les morts afin de recevoir l’enseignement de la morale venue de l’au-delà et a ainsi pu édifier la « doctrine spirite ».

Il a d’ailleurs retranscrit tous ces « dialogues » dans « Le livre des esprits » (ou disponible gratuitement pour androïd sur google_play ou pour iphone/ipad sur apple_store1) où il pose plus de 1 000 questions auxquelles les entités répondent avec grand plaisir.

Le spiritisme est donc simplement l’adhésion à la doctrine spirite, ses idées (ou du moins la grande majorité), sa morale. A titre indicatif, le nombre de spirites dans le monde est de plus de 20 Millions dont 6 Millions rien qu’au Brésil où le spiritisme y est une institution (d’ailleurs, il existe un grand nombre de rues au Brésil portant le nom d’Allan Kardec).

La pratique du spiritisme se définit par l’intention, par des moyens matériels ou non, d’entrer en contact avec le monde des esprits afin d’effectuer un échange d’informations. Elle se fait par l’intermédiaire d’un médium (support de la circulation de l’information).

 

Est-ce un jeu ?

NON !!!!

Même si elle est présentée comme un « jeu » par certaines boutiques commercialisant des objets ésotériques comme par exemple cette planche de Ouija, la pratique du spiritisme est tout sauf une distraction.

Imaginez-vous en train de frapper au hasard à la porte d’une maison où une famille se repose tranquillement, vaque à ses occupations ou est au cœur d’une discussion passionnante. Au moment où on vous ouvre la porte, vous leur annoncez : « Bonjour, je viens vous déranger juste pour m’amuser, par curiosité, pour voir ce que vous faites, qui vous êtes ». Pas certain que la personne qui se trouve en fasse de vous vous invite à entrer, pas certain non plus qu’elle ne se mette pas en colère et vous claque la porte au nez.

En pratique du spiritisme, c’est exactement pareil !

 

La pratique du spiritisme c’est magique ?

Pas du tout !

Il faut toujours garder à l’esprit que ce n’est pas parce que nous ne comprenons pas quelque chose que c’est de la magie, du surnaturel ou autre sorcellerie.

Imaginez par exemple le domaine de la médecine il n’y a pas si longtemps… Les bactéries et les virus, totalement invisibles à l’œil nu, étaient responsables de maladie que les « guérisseurs » ne pouvaient pas encore appréhender, faute de technologie. Diverses théories ont alors émergé comme la Théorie des humeurs, basée sur la composition du corps humain par 4 éléments et ne possédant que 4 qualités. De nos jours, cette théorie est totalement dépassée et son bien-fondé est évidemment remis en cause par la science moderne.

En communication avec l’au-delà, c’est pareil, pas de magie, juste des phénomènes que nous ne pouvons encore appréhender. Il s’agit d’une énergie invisible, abondante et sans limite (dans le temps et l’espace) qui est utilisée : l’énergie de la pensée.

 

meditation_under_the_stars___by_shaake_gfx-d368oev

 

Actuellement la science moderne ne peut nier son existence, mais n’a pas encore découvert la façon dont elle fonctionne. D’ailleurs, la médecine (du moins le peu de neurologues qui se penchent sur ce sujet) tend vers l’hypothèse que le cerveau n’est pas le régisseur de notre être (notre personnalité, ce que nous sommes, notre « moi »). Au contraire, il ne serait que l’instrument permettant à l’âme de diriger notre bagage émotionnel et à contrôler notre corps. Il joue le rôle de support, d’intermédiaire.

Dans le cas par exemple de la clairaudience, c’est la pensée qui est elle-même influencée par l’énergie de la pensée des entités, ce qui donne une sorte « d’hallucination auditive ». Pour le cas du ouija, c’est une méthode différente qui est utilisée. En effet, lors de son utilisation, la « goutte » ou le « pointeur » ne se déplace pas « comme par magie ». D’ailleurs, il ne se déplace pas tout seul.

Ce qui déplace le ouija est simplement le mouvement coordonné et involontaire des participants en utilisant leur énergie physique. La concentration de ces derniers et leur mise en phase (sur le même taux vibratoire) va permettre aux entités d’avoir une influence simultanément sur tous les participants et de déclencher des mouvements des muscles pour déplacer la goutte. Ce n’est donc en aucun cas surnaturel comme l’on pourrait le supposer.

 

Qui peut le pratiquer ?

Absolument tout le monde.

La pratique du spiritisme est à la portée de tous. Néanmoins, l’expérience s’acquiert avec le temps. Et c’est la raison pour laquelle il n’y a que trop peu de personnes le pratiquant. Un débutant peut certainement manquer de concentration ou de bases pour obtenir des résultats satisfaisants. Il sera dans ce cas découragé et abandonnera rapidement. La persévérance est donc de mise.

Préjugés sur la pratique du spiritisme

Lorsque l’on parle de pratique du spiritisme, la première image qui pourrait nous venir à l’esprit est celle d’un groupe d’individus assis autour d’une table à réaliser des incantations afin de communiquer avec des êtres démoniaques, d’entrer en transe, de pousser des cris de bêtes, un filet de bave dégoulinant du coin des lèvres. Vous l’aurez compris, le spiritisme souffre à tort d’une mauvaise image. Et ce ne sont pas les médias qui arrangent les choses car les nombreux reportages à ce sujet le tournent souvent en dérision. Les quelques films sur le sujet sont d’ailleurs classés dans la catégorie « horreur / épouvante ».

 

ouija_movie
Affiche de « Ouija », film  d’épouvante sorti en avril 2015

 

Il est également très aisé de trouver sur youtube une multitude de videos montrant des « séances de ouija qui tournent mal » filmées la plupart du temps par des adolescents écervelés en mal de sensations fortes ou souhaitant créer le buzz.

D’autres exploitent de façon commerciale cette image et tentent de duper les plus crédules en leur faisant croire qu’ils seront protégés avec tel ou tel matériels souvent vendus à des prix irraisonnables (encens, feuilles de sauge, bougies parfumées, pierres ou sels).

Idem pour l’utilisation de matériels comme des verres à pieds en cristal ou la récitation de formules magiques. Un minimum de connaissance de la doctrine spirite suffit à comprendre que ce genre de superstition n’a aucune importance pour les entités de l’au-delà. Ce n’est pas la forme qui compte, c’est le fond. Une bougie parfumée n’attirera pas dans tous les cas une entité bienveillante et inversement, elle ne vous protégera pas d’une entité malveillante.

 

Mais alors, faut-il en avoir peur ?

Oui et Non 🙂

Nous sommes entourés, suivis au quotidien et nous attirons des entités placées sur le même taux vibratoire que nous, ou du moins très proche. Si vous pratiquez le spiritisme dans un but sérieux, il y a fort à parier qu’une entité se manifestera de façon sérieuse. Il est par conséquent aisé d’en déduire le résultat que donnera une séance menée sans but sérieux, par curiosité ou pour s’amuser.

 

Comment mener à bien une séance de spiritisme ?

Lorsque vous êtes décidés à effectuer une séance, quelques règles sont tout de même à respecter pour maximiser les chances de contact avec des entités bienveillantes :

  • Ne pas avoir peur. L’appréhension ne permet pas une concentration maximale, de plus cela peut attirer des entités qui ne sont pas dangereuses, mais qui pourraient s’amuser de vous, de votre peur.
  • Bien choisir les participants. La bonne entente et la confiance sont primordiales.
  • Effectuer la séance dans un but sérieux, non curieux et non matériel. Inutile donc de demander les numéros du prochain Euro-millions ou demander à grand-mère où est caché le sac de pièces d’or enfouis quelque-part dans le jardin avant sa mort.
  • Prendre du recul sur les informations qui ont été échangées. Il peut très bien y avoir un changement d’entité en cours de séance sans que vous vous en rendiez compte, cette dernière peut vous raconter de mensonges, il ne faut donc pas tout accepter comme véridique sous prétexte que l’information vient de l’au-delà.
  • Rester maître de la séance. Le ressenti est important et s’affine avec le temps. Il peut arriver qu’une entité se joue de vous, dans ce cas, stoppez la séance et demandez à l’entité de repartir d’où elle vient.
  • Ne pas demander une entité en particulier. Une fois dans l’au-delà, les entités que vous avez connues sur terre ont des activités et peuvent être indisponible. De plus, cela augmente le risque d’usurpation d’identité. Les guides sont plus aptes à communiquer car ils sont souvent proches.
  • Remerciez l’entité à la fin de la séance. La politesse est un minimum.

separateur1

 

Une réflexion au sujet de « La pratique du spiritisme »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *